Publié par Laisser un commentaire

My Son

Bastien,

J’aimerais te dire beaucoup de choses, c’est pourquoi j’ai décidé de rédiger cet article sur ce site.

C’est un site que j’ai créé il y a quelques temps pour faire des essais, en faire un blog, ou vendre des articles personnalisés comme ceux que je t’avais amenés l’année dernière. Je ne m’en sers plus, mais c’est l’occasion de s’en servir comme une boîte aux lettres pour échanger.

J’ai l’impression qu’il vaut mieux parler de l’avenir que du passé.

J’ai toujours rêvé de pouvoir être à tes cotés pour t’accompagner dans ton enfance, ta jeunesse, ton adolescence… Pouvoir discuter avec toi de ce qui te préoccupe, pouvoir te conseiller, et essayer d’expliquer et comprendre comment se passent certaines choses de la vie. Lorsque nous avions échangé en octobre dernier sur les sentiments que tu avais développés pour une de tes copines de classe, j’ai trouvé ça vraiment constructif et intéressant de pouvoir en parler librement. Dans la vie sentimentale, rien n’est facile. Les sentiments amoureux sont tellement complexes que des livres entiers y sont consacrés, et la plupart des chansons parlent d’amour ou de déceptions amoureuses. Et je crois que même après une vie entière à côtoyer ces sentiments, on ne sait pas toujours comment les apprivoiser. Ce que j’ai aimé, c’était l’échange et la confiance dont tu m’as témoigné pour partager ce que tu avais sur le cœur. C’est important et précieux.

Aujourd’hui, tu deviens un homme, tu seras bientôt majeur, et tu devras décider de ta vie comme tu veux la mener. Et pour faire au mieux, tu apprends pendant l’adolescence, mais ensuite tu peux suivre des conseils, poser des questions, faire en fonction de ton feeling, de tes rêves, de tes envies. Et je serai toujours là pour ça.

Je pense régulièrement à plein de choses qu’on pourrait partager, des jeux, des activités, des créations, j’ai récemment vu comment imprimer et éditer un livre en ligne, ça serait vraiment bien d’en faire un avec toutes les histoires que tu inventes.

Aujourd’hui tu ne te rends pas compte, je pense, tu pouvoir que tu as. Tu peux dès aujourd’hui décider de ce que tu veux faire de tes vacances, de tes week ends, de ton temps libre. Bien sûr il y a encore un cadre à respecter, des contraintes financières ou géographiques, mais tu peux décider par toi-même.

Mais sache que tu es déjà libre aux yeux de la loi de décider où tu veux habiter, comment tu veux occuper tes vacances. Plus personne ne peut t’imposer un planning que tu ne veux pas. Et les personnes qui t’entourent te donnent peut être l’impression que tu es encore un petit garçon fragile, mais tu es en fait un homme en devenir, qui peut décider de lui-même. Tu serais sans doute surpris de voir comment les autres peuvent réagir si tu décidais de taper du poing sur la table pour dire je veux faire ça, et puis c’est tout. Tu ne dois craindre personne, et faire ce que te dicte ton cœur.

J’aimerais vraiment que tu puisses me dire ce que tu as en toi et comment je peux t’aider. Je suis là pour ça.

Essaie de me contacter comme tu peux, tu peux m’envoyer un message où tu veux, je serai là. Je t’embrasse,

Ton père qui pense à toi, et à qui tu manques énormément.